Page d'accueil

Aubange Eglise Notre -Dame   

Voici une très vieille photo de l'ancienne église, abattue en 1902

Elle avait été construite en 1822 sur l'emplacement d'une église plus ancienne encore 1095-1822. Remarquez que l'entrée latérale du cimetière se faisait en contrebas de l'actuelle.

 

 

 

La vieille et la nouvelle église étaient un point de repère dans la région : c'était Aubange-les-deux-églises. Les abords de la nouvelle église ne seront aménagés qu'en 1908 : c'est d'alors que datent les escaliers d'accès, les murs de soutènement, le grillage et les lampadaires.

 

 

Comme vous avez pu remarquer sur certaine photos et carte postales, on peut apercevoir les deux églises avec quelques recherches dans les livres de la commune, j’ai retrouvé le plan de la 1ere église et également la maquette a quoi ressemblait l’édifice.

 

 

Chapelle S. Jean-Baptiste édifiée en 1631 par M. Mathias Jamin.

Sacristie construite en 1705 par M. Adrien Simeon

Une tour a été annexée à cette 1e église en pierre (1095 ? -1822). Cette tour a été construite en 1662 et a été maintenue lors de la construction de la 2e église (1822-1902). Elle fut abattue en 1948.

 

 

Maquette de l’église (1822-1902)

La tour de cette église en pierre (1822-1902) a été construite en 1622. Elle a été démolie en 1948.

 Les Origines

L'abbé Gérard-Joseph Kipgen, Curé d'Aubange depuis le 1er avril 1895, fit son premier sermon en faveur de la construction d'une nouvelle église paroissiale le 11 décembre 1898.

Dès le 18 décembre, il nous le dit lui-même dans les notes qu'il a consignées : « j'ai réfuté quelques objections et justifié certaines allégations contredites par certains paroissiens pendant la semaine » au cours du prêche dominical.

Le Bourgmestre convoqua le Conseil communal à la date du 21 décembre 1898. C'était en ardent partisan du projet. Après quelques mots d'explication donnés par le Curé présent à la séance au bureau communal, la construction d'une nouvelle église fut votée à l'unanimité des sept membres du Conseil.

La construction devait se faire à un autre emplacement que celui de l'ancienne église.

Dès le 6 janvier 1899, on acquit par promesse de vente le terrain nécessaire à un chemin et à l'église, de Monsieur Jean-Baptiste Margue-Reyter, cultivateur à Aubange, au prix de 360 FB l'are, soit une superficie de 25 ares. Les plans et devis furent confiés à Monsieur Clément Leonard, architecte à Liège. Celui-ci venait de construire l'église des Jésuites à Arlon. Il vint sur les lieux le 9 janvier. On menait rondement les choses à l'époque. Le projet de Monsieur Leonard fut adopté par le Conseil communal au mois de mars et envoyé à la Députation permanente à Arlon. Il fut renvoyé dûment approuver avec promesse de subside le 15 juin de la même année.

Quatre séances d'adjudication furent nécessaires. Les trois premières des deux et vingt-neuf juillet et du 16 août 1899 ne donnèrent aucun résultat, aucun entrepreneur ne s'étant présenté. Il y eut une quatrième adjudication le 2 octobre. Deux soumissions furent proposées, l'une par Monsieur Stassin, entrepreneur à Beauraing, l'autre par Monsieur Auguste Hustin d'Ethe.

On admit la soumission au prix de 84.250 FB pour la construire entièrement en moellons de pierre équarris au marteau.

L'adjudication a été approuvée par Arrêté Royal du 30 décembre1899.

 Les travaux de creusement des fondations ont débuté aux environs du 1er mars 1900. On a commencé la maçonnerie des fondations le 29 avril.

 Le premier moellon a été posé par Monsieur Jean-Baptiste Michel, Maître-maçon à Aubange

Piété mariale de l'abbé Kipgen

Voici ce qu'il écrit dans les archives paroissiales à propos de cette date du 29 avril :

« Ce même jour, le Curé de la paroisse est allé en pèlerinage à Lourdes rendre des actions de grâces à N.D. de Lourdes par l'intercession de laquelle cette oeuvre difficile a été amenée à cet heureux terme.

Le Curé, en effet avait fait quelques années auparavant le voeu de se rendre à Lourdes, au cas où il aboutirait à la construction de son église. Il aima à croire que la Sainte Vierge a amené cette coïncidence entre le début des maçonneries et le départ pour Lourdes pour marquer que c'est bien son oeuvre à Elle.

A Elle donc la gloire et à son Divin Fils. »

Pose de la première pierre

La pierre angulaire a été posée et bénite par le Curé le 5 mai 1900 à 4 heures de l'après-midi, d'une manière privée, sans assistance. Il était dûment délégué par l'Evêque.

 

Voici l'inscription qu'il a gravée lui-même dans la pierre, en latin:

 

Anno Dni MCM die V Maii

Leone XIII Pontifice max,

Leopoldo II serenissimo Belgar, Rege,

Thom. Lud. Reverendissimo Epo Namureensi,

Benedictus atque, impositus est pie priarius lapis hujus ecclesiae

In Kon. Dei et B.M.V a So Rosario

à M.J Kipeng parocho lociDeleg,

Fr. Gillet magistro municipii

Leonard Leodiensi archictecto

Stassin Belloranensi operii economo

En voici la traduction :

L'an du Seigneur 1900, le jour du 5 mai

Léon XIII étant Pontife Suprême

Léopold II, sérénissime Roi des Belges,

Thomas Louis, révérendissime Evêque de Namur,

Cette première pierre de cette église A été bénite et posée

En l'honneur de Dieu et de la Bienheureuse Vierge Marie du Saint Rosaire

Par M. J. Hipgen, délégué a cette paroisse,

François Gillet étant premier rnagistrart municipal,

Léonard de Liège, architecte,

Stassin de Beauraing, entrepreneur des travaux.

Quelques médailles et pièces de monnaies ont été placées dans une cavité aménagée dans la pierre, entre autres, une médaille de Lourdes et une de Léon XIII relative au jubilé séculaire de 1900 Elle porte cette date.

Effondrement de la tour

Tout marcha très bien pendant la construction. Au mois d'octobre, les charpentes de l'église étaient placées.

On achevait les maçonneries de la tour lorsqu'un immense malheur atteignit cette construction qui avait semblé jusque-là devoir s'achever sous les plus heureux auspices.

Toute la relation de ces événements et de leurs conséquences est transcrite de la main même du Curé.

Le 14 octobre 1900, à 4 heures et demie du matin, un bruit immense se fit entendre. La tour s'écroula depuis le haut jusqu'au ras du sol. Les maçonneries allaient être achevées le lendemain 15 octobre.

Heureusement, il n'y avait pas encore d'ouvrier sur le chantier, de sorte qu'il n'y eut pas d'accident ni de mort d'homme à déplorer. Ce fut une grande consolation dans le malheur et l'on s'en félicita.

 

Clocher et Cloche voire photo n°1

Extrait d'un article de Monsieur le Curé Klein

Dès 1850, les Aubangeois avaient pensé à acheter de nouvelles cloches. Mais comment disposer de l'argent nécessaire ? Il vint d'une façon inattendue une dizaine d'années plus tard. Le 20 octobre 1863, par décret du Roi Léopold 1er, la Fabrique de l'église d'Aubange fut autorisée à concéder le minerai de fer gisant dans deux parcelles de terre qu'elle possédait à Pétange et à Bascharage, provenant d'un legs de Monsieur l'abbé Petingen, ancien curé. En 1967, Marie-Joséphine Henry, en religion Soeur Clara, originaire d'Aubange, léguait par testament 1000 FB pour une cloche à son village natal. Monsieur l'abbé Schaus, curé, disposant de l'argent nécessaire, commanda deux cloches à Monsieur Goussel François, fondeur à Metz. Les deux anciennes cloches, sans doute fêlées, furent revendues pour le poids du métal.

Mosaïque du tyman

 

 

Mosaïque du tyman du portail extérieur

Cette mosaïque, représentant

Notre Dame du Rosaire et les quinze mystères s'y rapportant est posée le 3 novembre 1961

C'est le dernier embellissement de l'église suscité par Monsieur le Curé Klein

 

 

Voici les caractéristiques des deux nouvelles cloches

1. Notre Dame du Rosaire

La plus grosse pèse 738 kg, a un diamètre inférieur de 1m 03, une circonférence en haut de 1m 80 et donne la note Fa dièze. Elle est dédiée à Notre Dame du Rosaire et porte l'inscription latine dont voici la traduction : Grâce au don de mille francs fait par Joséphine Henry et à l'initiative des membres du Conseil de Fabrique, Voltaire Masius, Président, Jacques Hansel, Joseph Reyter, François Hansel, Jean- Baptiste Bosseler, Jacques Bentz et Joseph Schaus, Curé, j'ai été fondue à Metz, l'an 23 du Pontificat de Pie IX de très illustre mémoire. Reine du Saint-Rosaire, de tous dangers délivrez ceux qui vous appartiennent.

2. Saint-Nicolas

La seconde cloche est dédiée à Saint-Nicolas, titulaire d'un autel de l'ancienne église et Patron de la Lorraine dont Aubange a fait partie pendant des siècles. Elle pèse 472 kg, a un diamètre inférieur de 92 cm, une circonférence en haut de 1m30 et donne la note Sol dièse. Elle porte l'inscription suivante : Lorsque mon joyeux tintement frappe vos oreilles, je chante les louanges de Dieu, j'appelle les Chrétiens à se réunir, je pleure ceux dont le sang est glacé et je brise aussi tes éclairs. Je fais monter la louange de Saint-Nicolas. Ces deux cloches fondues le 18 septembre 1878 furent pendues dans la tour de l'ancienne église à la mi-décembre et sonnèrent probablement pour la première fois à Noël. Placées début octobre 1902 dans la tour de la nouvelle église, elles sonnèrent pour la première fois le 13 octobre 1902 pour la fête de Notre Dame du Rosaire et la consécration de l'église. La cloche Notre Dame du Rosaire fut enlevée par les Allemands en juillet 1944 à la grande tristesse des Aubangeois. Lorsqu'on la retrouva, on se hâta de la réinstaller dans son gîte familier avec autant d'honneur que de joie.

3. Sacré-Coeur

La cloche dédiée au Sacré-Coeur, comme dit plus haut, a été placée le 24 août 1951 sous le pastoral de l'abbé Klein. C'est la plus grosse du clocher. Elle a pour marraine Madame Maria Seyler-Reyter et pour parrain Monsieur Octave Gigi-Emond.

4. Sainte-Thérèse

La cloche, dédiée à Sainte-Thérèse, a été elle aussi placée le 24 août 1951. C'est la plus petite du clocher. Elle a pour marraine Madame Colette Neyens et pour parrain Monsieur Georges-Gillet-Spoiden.

    

    

  

Le presbytère

 

  Voici quelques photos de l'intérieur de l'église

     

  

  

 

Je remercie Alain Thiry pour ces photos de l'interrieur de l'église et les cloches

 Je remercie Dominique Schmit & Jacques Schmit pour la photo de la tour

Je remercie Gerard Hourt  pour la 1ere photo avec l'église

 

Info ou résumé sont dans le livre Aubange en cartes postales anciennes écrit par Maurice Muller curé d'Aubange

Info ou résumé sont dans le livre Histoire du Centenaire de l'église Notre-Dame du Rosaire d'Aubange par René Gigi

Info ou résumé sont dans le livre Aubange aux temps anciens écrit par Roger Jamin

 

Vous pouvez retrouver ces livres et d'autre info :

Bibliothèque Hubert Juin d'Athus

Bibliothèque d'Halanzy Grand-Place maison Communale

Bibliothèque Frédéric Kiesel de Rachecourt