Famille de Halanzy

 En fait , la famille et ses armoiries ne sont guère connues que par le sceau     d'Arnould de Halanzy , prisonnier Luxembourgeois à Bäsweiler en 1374    Armes : D'argent à  trois roses.

 

 

InsèrARNOULD DE HALANZY

 

 

A Luxembourg, le Conseil des Echevins de la capitale fait éditer trois fois l'an, un fascicule "Ons Stad" (notre ville) reprenant les activités de la première ville du Grand Duché, des informations historiques sur la commune, les beautés cachées, les renseignements pour les différents bureaux de l'Hôtel de Ville, et, en fin de livret, les noms de rues par ordre alphabétique, et des explications sur les origines de ces noms de rues.

Ainsi, il existe à Luxembourg et dans sa périphérie, des rues portant le nom des bourgs du Sud-Luxembourg belge comme rue d'Arlon, rue de Virton, rue de Neufchâteau, rue d'Orval, rue de Bouillon, rue de Chiny, rue d'Etalle, rue d'Ethe et également rue de Halanzy.

Dans "Ons Stad" n°13 de juin 1983, les noms des rues sont à la lettre H et l'on y trouve une histoire sur la rue d'Halanzy. Cet article parle d'Arnould von Halanzy, en 1374 avec un blason à trois roses.

A la bibliothèque nationale de Luxembourg, on retrouve la trace d'Arnould de Halanzy, prisonnier luxembourgeois à Bàsweiler, 1374.

En 1374, nous sommes en pleine guerre de cent ans entre les Plantagenêt et les Capet.

Halanzy est, depuis 1318, affranchi à la loi de Beaumont, c'est-à-dire doté d'une charte de liberté considérant le serf comme un homme libre. Par cette,çharte, la population a reçu le droit de s'administrer elle-même, d'avoir une haute cour de justice (d'où, peut-être, la croix au centre duvillage).

A cette époque, Halanzy est un fief de la Châtellenie de Longwy, un arrière fief de Lorraine et de Bar. Halanzy a suivi le sort de Longwy

jusqu'en 1602.

En 1368, Robert, duc de Bar, engage la Châtellenie de Longwy à Wenceslas I, roi de Bohême et duc de Luxembourg, pour avoir été fait prisonnier. Voici donc Halanzy sous la tutelle de Luxembourg.

A ce moment, Arnould habite un château à Halanzy, ou plus précisément, une grosse ferme avec des terres données à ses ancêtres, grâce à leur bravoure lors de batailles engageant la Châtellenie de Longwy. Cette ferme-château se situait probablement à l'emplacement du terrain de football actuel, au centre du village. ,

En 1371, Arnould est déjà écuyer (premier titre de noblesse dans la chevalerie) quand il part rejoindre Wenceslas I qui engage une bataille à Bàsweiler contre les ducs de Juliers et de Gueldre (Bàsweiler se trouve à une quinzaine de kilomètres au nord-est d'Aix-la-Chapelle).    Le roi de Bohême, duc de Luxembourg, fils de Jean l'Aveugle est fait prisonnier avec  toute son armée.

C'est seulement le 21 décembre 1374 qu'Arnould fut libéré en réglant une indemnité totale de 197 moutons (le mouton est une monnaie de l'époque),en imprimant son sceau au bas de son montant.

Rentré au pays, Arnould ne reste pas inactif. En 1381, on le signale comme receveur (gruyer) des domaines de Virton et de Montmédy. Il y est encore du 1er octobre 1383 au 25 mars 1384. Son successeur au poste de receveur sera Jean de Montmorel. Son poste de receveur lui permit, certainement, de faire fortune, car une bonne partie de l'impôt restait chez lui au lieu de rentrer dans les caisses de son maît

 

Titre inscrit sur la couverture en parchemin • Compte Arnouid de Halen (zey) (esq) uiers, prëvost de Lonwy, des revenues de la dicte prévosté dès le XV jour ; - de may l'an mil CCC NI** et dix sept qu'il entra en ;'office et Jehan de Sainte Geneviève en Yssy, jusqûes 'au derrien jour de may de l'an mil CCC llllxx et dix nuef qu'il fut hors du dit office et le dit Jehan y rentra.

 

 Sceau d'ArnouId de Halanzy, prisonnier luxembourgeois  Basweiler, 1374 .

 

Spècifiez un titrentenu..

 

De ce texte, on peut déduire que le comptable (compte) Arnould est prévôt de Longwy du 15 mai 1397 au 31 mai 1399. Prévôt indique une certaine justice à rendre à Halanzy, des revenus à rendre à Longwy, tout en gardant une certaine partie pour lui. En ce temps, on était élu prévôt pour un an.

Arnould l'a été 2 ans de suite.

En 1399, on peut estimer l'âge d'Arnould à 45 ans. Combien d'années a-t-il encore vécu? Très peu vraisemblablement car, au Moyen âge, on est vieillard à 50 ans. Il est fort possible, aussi, qu'il ait participé aux batailles de Gilles de Luxembourg (fils bâtard de Wenceslas I qui avait épousé Clémence de Chambley ,Dame de Latour) et à celles de son fils Wainchelin (nom francisé de Wenceslas).

En 1336, Hugo de Halanzy, père d'Arnould, instaura la fondation au bénéfice de saint Nicolas (autel qui existe encore en l'église de Halanzy).

Cette fondation consistait en un ramassage de fonds pour une aide aux pauvres et aux déshérités. Cette fondation du bénéfice de saint Nicolas se perpétuait dans la famille.

Or en 1380, on trouve Raoul de Sterpigny comme collateur des bénéfices de saint Nicolas à Halanzy et en 1570, Roger de Sterpigny, curé de Ruette est le bénéficiaire de la chapelle Saint-Nicolas de Halanzy.

D'où, on peut supposer qu'Arnould a été le dernier descendant masculin de lignée et que sa fille a épousé un "de Sterpigny",comme le dit Welter dans ses manuscrits.

Le blason d'Arnould de Halanzy se nomme d'argent à trois roses de gueule.

Ce blason devait être nouveau, peut-être a-t-il été utilisé pour la première fois lors de son emprisonnement en 1371. Car d'après Gaston Paris dans ses études romanes, la rose, au Moyen âge est donnée en témoignage d'estime ou de reconnaissance ou même peut devenir gage de la constance et de la fidélité conjugale.

Actuellement, le langage des fleurs, d'après les horticulteurs, indique la rose comme gage d'amour et de beauté.

 

Ce blason est maintenant la propriété du syndicat d'initiative de Halanzy, AMIFER (les amis de la mine de fer).

 

 

                                                                Je remercie - Jean-Marie Becker

                                                                    Pour cette l’histoire d'Halanzy.